Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Virginie Ollivier

AUTEUR et Occasionnellement : Thérapie de la relation à soi et aux autres, Massothérapie - MANOSQUE Contact:06-85-39-70-83

La sylvothérapie érotique

« Fermez les yeux et enlacez le tronc en vous laissant imprégner de cette présence silencieuse ». Le bénéfice survient quand l’esprit parvient « à faire la bascule et à envisager que c’est l’arbre qui nous enlace ».

Le tree-hugging, autrement dit, l’art de faire un câlin à un arbre, se développe en France. 

Révélateurs de notre besoin de retour au naturel, les arbres ont de vraies leçons de vie à nous offrir. 

Marcher dans les bois, faire une pause dans un parc, s'asseoir à l'ombre d'un arbre... Ces activités nous reconnectent à la nature et réduisent notre stress. Au Japon, le bain de forêt est même une pratique médicale qui existe sous le nom de Shinrin-Yoku.

Révélateurs de notre besoin de retour au naturel, les arbres ont de vraies leçons de vie à nous offrir. 

Ok, ok, je ne vais pas remettre en question les bienfaits de la nature. Ce qui m'interpelle en revanche c'est qu'il me semble que cette pratique passe largement à côté du potentiel sensuel et sexuel dont la nature nous fait grâce.

La nature et ses mots excitants: sève, rhizome, pistil. La nature au pouvoir vital, l'essence de la prolifération, la pollinisation. La nature belle, luxuriante, sauvage et humide. La nature à l'esprit prolifique, celle qui grimpe, qui enlace, qui colonise, qui s'ancre. La nature chaude, humide, suave ou avide, aride, tenace, vivante. Celle qui reprend ses droits.

Vous pouvez chausser vos meilleures baskets et l'arpenter, écrasant branches, feuilles et brindilles. Mais vous pouvez aussi lever vos chaussures et pieds nus, ou mieux encore, corps nu, sentir le frémissement généreux des sous-bois, la mousse sous vos pieds, l'écorce sur votre peau et en redemander. 

Alors pour exemple je vous propose de lire le texte ci-dessous, un texte de L.L, brillante et talentueuse. Une leçon de Sylvothérapie érotique, celle qui réveille en vous le pouvoir sensuel de conquérir le monde... nu sous les ombrages.

La sylvothérapie érotique

La sylvothérapie érotique

Je vais nue dans les buissons, dans les arbres, dans les herbes pour voir ce que ça me ferait d’être piquée, que ça me griffe ou que ça me brûle, que ça me caresse. 

Je m'y sens comme dans une cabane, il y a un toit, des murs, des fenêtres. 

J'y suis protégée car je suis seule, et que j'ai choisi de m'y mettre toute seule. Je vois la lumière qui passe à travers les branches, il n'y a pas de bruit. Rien à faire. 

Seulement la lumière à regarder. 

Les feuilles à toucher. 

Mes pieds nus sur le sol. 

Qu'y a-t-il dans mon ventre, qu'y a-t-il à faire ? 

Rien à faire ? 

Personne pour me demander quoi que ce soit. 

Les choses sont à moi. Tout est à moi. Chaque moment. 

Je me frotte contre l'arbre. Je sens son odeur, son écorce s'agrippe à mes jambes. Je me colle plus près. Je me frotte, doucement, sans un bruit. J'enroule ma tête contre lui, je respire. 

Mes cheveux s'y accrochent. Quelques brindilles y restent suspendues. J'ai envie de le goûter. Je sors ma langue, le vent court sur elle, l’assèche un peu. Je peux goûter l'ambiance, ou mon propre goût. Je me lèche les lèvres. J'y passe lentement ma langue pour en tester la texture, les reliefs. 

Je sens de la chaleur entre mes jambes. Je sens ce creux en moi qui appelle. Ca me lance, et me relance. Comme une respiration. Je m'ouvre et me referme. Une goutte coule le long de ma jambe. Je ne suis pas gênée. Je colle ma langue à l’écorce, et la remonte. Mes bras se dirigent autour de lui dans une caresse, pour s'y enrouler fermement, pour y coller mon corps complètement. Je le tiens. Je suis tout contre lui. Je sens son odeur presque mouillée qui s’imprègne en moi. J'ai aussi l'odeur du bois. Je sens son cœur qui bat. Qui lui aussi est lancinant. Il se gonfle et se rétracte. Pousse contre mon corps et se retire. Pousse encore. 

Encore et me referme. M'ouvre et me referme. Ouvre et referme. J'expire. T  r è s le n te ment. J'y colle ma joue et entre dans son mouvement. Je me laisse faire. Je commence à me frotter, à m'y caresser. Je bouge mes hanches en cercle et d’arrière en avant, de bas en haut. Je danse, je chuchote un gémissement. Il n'y a aucun son autour de moi, seul un léger accroc entre ma peau et l’écorce. Des échardes se plantent dans mon bas-ventre. Ca pique, ça me brûle. J'ai mal. L'appel est lancinant. Je m'ouvre plus 

Je respire en grand, j'ouvre la bouche. Mon souffle rebondi sur lui, je sens ma propre haleine. Je colle ma joue à mon épaule : comme j'aime mon odeur... 

Je passe une main dans mes cheveux et m'y agrippe, sens la masse de ma chevelure dans ma main, sa texture et la sensation qu'elle laisse dans la main quand on la retire. Je colle ma tête d'un coup sec contre son tronc, mon autre main se dirige sur ma jambe, remonte et attrape ma fesse. Je m'y colle plus fort, et m'invite seule, de ma main contre ma fesse à accélérer la danse. Je pousse, pousse, pousse contre lui. J'ai envie de serrer mon corps si fort que j'y plante mes ongles. 

C'est une goutte de sang qui perle sur mes fesses. Aurais-je serré si fort ? Je me retourne et cale l'arrondi de son tronc entre mes reins. Ma tête bascule en arrière, je me balance comme à dos de cheval, mon désir monte à cru. Il griffe mon dos, ma nuque et mes fesses. Je passe du trot au galop et je deviens folle. Je balance ma tête, fais voler mes cheveux. Je me susurre : « Oui, continue. Continue encore plus fort. » 

Je m'égratigne, je fais saigner cette chose qui me démange. Ca me fait du bien. J'en veux encore, j'en aurais jamais assez. J'inspire profondément, ma tête bascule vers le ciel, l'air en moi se bloque. J'ouvre les yeux, tout s’arrête. 

Je suis en haut de ma montée, au sommet de ma gloire. 

Je contemple au ralenti le bruissement de ses feuilles dans le vent, qui frétillent en moi comme ce long orgasme qui me pénètre. 

Des gouttes de moi tombent sur le sol : je me sème à la terre. 

Que va-t-il pousser là ?

 

L.L

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article