Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Virginie Ollivier

AUTEUR et Occasionnellement : Thérapie de la relation à soi et aux autres, Massothérapie - MANOSQUE Contact:06-85-39-70-83

SUR LE CHEMIN DE LA FEMME LIBRE

Femme Libre Virginie Ollivier, Montpellier letoucherducoeur.fr

Femme Libre Virginie Ollivier, Montpellier letoucherducoeur.fr

Etre femme, dans notre société actuelle, qu'est-ce que cela veut dire?

Cette question paraît pour certain très facile à élucider, et pourtant... Bien que la condition de la femme ai grandement évoluée en Europe depuis quelques décennies, il n'en est pas moins observable que la crise identitaire subsiste.

"Une femme libre est exactement le contraire d'une femme légère" Simone de Beauvoir.

Il m'a fallu énormément de temps avant de comprendre la subtilité de cette phrase, et si aujourd'hui j'en perçois mieux les contours et la profondeur, je pense qu'elle me réserve encore de bien belles et douloureuses surprises.

Je ne pense pas qu'il soit juste de dire que les hommes aient une position plus agréable dans notre société. Un homme libre est tout le contraire d'un homme léger. Je les laisse donc faire le parallèle concernant leur genre avec les quelques lignes de ce texte.

Pour beaucoup d'entre nous, la concurrence commence à l'école, or je pense qu'elle se met en place dès le plus jeune âge, au sein même de la structure familiale. De par l'égrégore dans lequel nous sommes pris, nous imposons à nos enfants un état d'être "homme ou femme", "fille ou garçon" et ce avant même la conception.

L'Homme choisit son destin et ses valeurs, quand est-il alors du statut d'homme ou de femme libre?

Revenons donc à l'égrégore précédemment cité: "« Il y a un principe bon qui a créé l’ordre, la lumière et l’homme et un principe mauvais qui a créé le chaos, les ténèbres et la femme. » (Pythagore)

Enfermée dans l'archétype, la femme a du mal a se libérer du joug qu'elle s'impose. Les zones de peur, les conditionnements, les obligations, la définition même de la femme verrouillent encore davantage son accession à la liberté. Il est aisé, pour certains (es) de constater à quel point cette société est construite sur un modèle phallocrate.

De plus les femmes vivent parmi leurs "oppresseurs" (qui oppresse qui?) qui ont besoin d’elles et dont elles ont besoin.

"Comment trouver l’indépendance au sein de la dépendance ? », s’interroge Simone de Beauvoir.

L'accession à la liberté est donc, vous l'aurez compris, difficile, selon que l'on en ai eut, ou non, une première approche dans le milieu familial étant enfant.

Plusieurs pistes peuvent être menées de front afin de se rapprocher le plus possible de cet état de liberté.

- Un premier travail en psychogénéalogie, vous permettra de découvrir les blocages intergénérationnels qui vous empêchent inconsciemment d'avancer.

- L'observation de vos désirs mettra en avant les véritables motivations inconscientes de votre "être". Elle vous permettra d'ouvrir une porte de sortie sur cette pièce où la condition féminine est près établie et vue comme une prison. Elle révélera vos fantasmatiques refoulées

-L'observation constante de vous-même vous dévoilera, vos perversions, les manipulations mises en place afin d'obtenir attention, reconnaissance, affection     . Vous observerez à quel point, il est facile pour nous de jouer les victimes (après tout c'est notre condition, nous sommes si faibles), et à quel point nous prenons plaisir à le faire. Vous observerez également qu'une fois la victime approuvée, nous devenons le bourreau, car il n'est pas juste d'avoir autant souffert durant tous ces siècles d'inégalité.

-Je vous invite également à travailler votre rapport à l'autre femme, la concurrence, la jalousie. Vous observerez en chacune d'elles le miroir de ce que vous êtes, car nous portons toutes les stigmates de cette "condition féminine". Je vous invite à les remercier toutes plutôt que de les haïr. Aimez-les, de cet amour que vous aimeriez vous donner. Chacune est une leçon, ramenez là à vous. De cette analyse vous conclurez que nous sommes toutes "la même" et que c'est ensemble que nous pouvons grandir, en nous remettant en question.

-Enfin il est important de travailler votre rapport au corps. La sexualité et l'argent sont des énergies similaires. Je m'explique, soyez autonome financièrement et vous n'aurez plus besoin d'un homme ou d'une femme pour être pleinement épanouie. Soyez autonome sexuellement et vous rentrerez en contact, non pas pour être sécurisée, mais pour vivre une véritable relation de partage. Dans les deux cas, qu'ils soient là ou pas, n'a plus d'importance et de ce fait ce que vous pouvez partager et vivre, avec ou en dehors d'eux, ne dépend que de votre désir de vous épanouir en dehors de l'aspect sécurisant de la relation.

Apprenez donc à écouter votre corps. Comme pour votre esprit, votre corps réclame de la nourriture: toucher, senteur, plaisir des yeux, écoute, goût... Éveillez vos sens.

Ce programme vous paraît peut-être difficile, aventureux, rappelez-vous cependant que nulle lumière ne peut jaillir sans obscurité. Il est extrêmement important de puiser en soi ses parts d'ombres, sans cela elles restent tapis à jamais. Ce sera un beau cadeau que vous ferez à votre descendance. Entrez dans cette démarche avec la volonté de vous dépasser, de modifier la structure. Bannissez tous esprits revanchard ou vindicatif. Soyez joueuses.

Apprenez à vous aimer vous, pour aimer les autres tout autant.

Le principe important à retenir c'est que vous pouvez lire ce texte et vous dire que vous l'avez compris, et ce sera surement le cas. Vous l'aurez compris mais pas conscientisé. L'information s'ancre réellement dans vos cellules quand elle passe par le corps, d'où l'importance de la thérapie psychocorporelle, de l'expérience ou de l'hypnose pour n'en citer que trois.

L'expérience est la seule manière efficace que je connaisse pour créer le changement. Faites l'expérience d'être, observez vous agir, la vie n'est faite que d'"essais/erreurs" qui nous permettent de trouver la justesse.

Je finirai sur ces mots: le monde changera quand nous nous y mettrons tous, quand nous prendrons en considération que nous ne sommes pas interdépendants. Nous avons donc l'obligation de nous unir hommes et femmes pour instaurer ce changement ensemble. Scinder n'a jamais rien résolu. La non-dualité passe par l'acceptation totale et entière de chaque personne, chaque genre, chaque spécificité. Vous l'aurez compris messieurs, nous avançons aussi avec vous.

La femme a besoin d'être sécurisée pour se permettre d'être comprise et l'homme a besoin d'être compris pour accepter enfin de se sentir en sécurité. Or nous possédons tous une part féminine et une part masculine qu'il est judicieux de trouver en nous.

Nous voulons tous être aimé, mais quel beau cadeau que de se permettre de s'aimer et de grandir en dehors de l'autre.

Virginie Ollivier

 

Je vous invite à laisser vos commentaires, la critique permet toujours de grandir.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article