La fertilité: quand le désir d'enfant désenchante.

Publié le par Virginie Ollivier

Quand enfanter désenchante

Quand enfanter désenchante

Etymologie

Fertilité, le mot provient du latin fertilitas.

En 1606, l’Académie française n'utilise le mot qu'associé à la terre et à l'esprit. Le Dictionnaire de l’Académie française, dans sa 8e édition (1932-1935) n'évoque pas la santé reproductive, la fertilité n'étant définie que comme « la qualité de ce qui est fertile », la « fertilité d'une terre » étant le seul exemple donné, l'autre concernant l'esprit, la fertilité de l’imagination.

De nos jours

Aujourd’hui la fertilité désigne l'aptitude, la capacité des personnes, des animaux ou des plantes à produire une descendance viable et abondante. Ce terme se rapporte généralement aux femmes ou aux femelles des animaux, mais il se rattache de plus en plus aux sujets mâles, au fur et à mesure des progression dans la vision des mécanismes de la reproduction et d’une meilleure compréhension du rôle physiologique de l’homme

Fertilité letoucherducoeur.fr

Fertilité letoucherducoeur.fr

Physiologie

La fertilité féminine résulte de la présence d'organes sexuels sans dysfonctionnement : un utérus, des trompes et des ovaires fonctionnels, une absence d'anomalie hormonale avec des cycles menstruels stables. Chez l'homme, elle est la production de spermatozoïdes en quantité et qualité suffisantes et la capacité d'émission.

La fertilité est plus ou moins influencée par les conditionnements, la culture, les facteurs économiques, l'état psychologique, l’émotionnel, le mode et la qualité de vie, l’alimentation, la bonne santé générale, la prise de médicaments, le comportement sexuel, l’endocrinologie…

On ne parle que rarement de fertilité pour un individu, mais de fertilité de couple.

Un couple dit « fertile » est un couple qui entame une grossesse après un an au plus de rapports sexuels non protéger. Un couple qui a besoin de plus d’un an est estimé infertile, et un couple qui nécessite l’assistance à la procréation médicalement assistée est qualifié de stérile.

Les causes de l'infertilité peuvent être féminines, masculines ou mixtes. Troubles d'ovulation, infections des voies génitales, endométriose chez la femme, sperme non fécondant chez l'homme…

Un bilan d'infertilité sera généralement pratiqué après 18 à 24 mois de rapports réguliers sans conception.

La fertilité peut être affectée par certains polluants ou perturbateurs endocriniens, perturbateurs de tout ou partie du cycle de la reproduction en raison de leur toxicité pour l'ovule, l’embryon, le fœtus, les spermatozoïdes ou parce qu'ils interfèrent avec les processus biologiques nécessaires au bon déroulement de la grossesse.

Ces phénomènes sont encore mal compris et sont probablement liés à des cocktails de polluants.

La production moyenne de spermatozoïdes ne cesse de décliner dans les pays riches.

Selon certaines études, si l’affaiblissement se poursuit, la fertilité des spermatozoïde sera proche de zéro en 2070 dans ces pays.

La sous-fertilité masculine peut notamment être induite par une exposition excessive au mercure (par exemple à Hong-Kong une étude démontre qu’une consommation de plus de quatre repas de poisson par semaine entraine chez les consommateurs des taux de mercure plus élevés dans le sang, les cheveux, l’urine mais également des problèmes de peau et des autismes plus fréquents chez les enfants.)

Contrairement à l’homme qui est fertile chaque jour, la femme n’est fertile que quelques jours par mois. La femme ovule en général une seule fois par mois. La période pendant laquelle un rapport peut être fécondant dure de 5 à 8 jours en fonction des couples, le reste de son cycle, la femme est non-fertile.

L’un des moyens qui permettent de suivre le niveau de fertilité de la femme est la courbe de température.

Infertilité et dimension psychologique

Infertilité et dimension psychologique

La dimension psychologique

Je ne pense pas que nous puissions aborder l’infertilité sans évoquer la sphère psychosociologique de la procréation.


Je vous rappelle que selon certaines études près de 15 à 20% des causes de stérilité ont une origine inexpliquée d'un point de vue médicale.

S’il n'y a pas de causes mécaniques ou pathologiques, il y a sans doute une cause psychologique.

Comme le dit la « mal à dit » (http://www.letoucherducoeur.fr/2016/02/ecouter-son-corps-pour-entendre-son-ame.html ) l'état psychologique interfère d'une façon ou d'une autre.

Il faut accepter qu'en dehors d'un problème médical, une problématique autre puisse intervenir dans les difficultés rencontrées par les couples en désir de procréation.

Les différents couples n'ayant pas réussit à avoir d'enfant après plusieurs Fécondation in-vitro, décidant d'adopter, et qui se trouve ensuite avec madame en grossesse naturelle quelques mois plus tard sont représentatifs de ce que l’on appelle le « lâcher prise ».

L’univers médical est très technique parfois même déshumanisé.

La pratique de FIV a des répercussions psychologiques qu'il faut connaître et que les partenaires doivent anticiper avant d’entreprendre toute démarche.
Les examens pratiqués durant cette période seront pénibles, tant psychologiquement que physiquement.

Affronter la toute puissance du corps médical, au mains duquel vous confiez votre destin, les rendez vous du petit matin, l'annonce de résultats, tout ceci rend cette aventure très angoissante.

De nombreux aspects psychologiques seront effleurés, il y a la peur de l’échec d’une grossesse bien sûr, mais également l'atteinte à l'intimité.

En effet, se faire examiner par des inconnus, attendre cuisses ouvertes dans une salle, son mari se masturbant dans la pièce d'à coté, faire l'amour sur commande à une heure précise, subir des examens sans cesse finit par ne plus être supportable.


Sans remettre en question les progrès scientifiques exceptionnels qui permettent à des couples d'avoir un enfant, la médecine devrait peut être prendre un peu plus en considération la dimension psychologique du problème de la stérilité.


Chaque couple qui souffre d’infertilité a sa propre histoire.

Ses souffrances, ses mémoires peuvent intervenir à tout moment.
Comme nombre de mes collègues j’affirme que ces souffrances peuvent être à elles seules, dans certains cas, à l’origine de l’infertilité.

L’équipe pluridisciplinaire qui entoure le couple dans ce moment important doit être à l’écoute et consacrer suffisamment de temps et d’espace à la relation patients/praticien. Il est primordial de les laisser exprimer leurs angoisses, d’évacuer leur stress.

Comment gérer vos difficultés

Vous n’êtes pas seuls. Plus d'un couple sur 6 éprouve des difficultés identiques.

L’aspect honteux de l’infertilité est encore bien trop marqué dans nos sociétés, il est synonymes d’échec: le couple risque alors de se replier peu à peu, les partenaires peuvent prendre de la distance, s'isoler. Il devient difficile de voir famille ou amis par peur d'être confrontés à des questions désagréable comme : « alors ou en êtes-vous? » ou pire encore « vous n'y arrivez toujours pas ? ». La pression est telle que rencontrer des couples avec enfants devient difficile, cette situation les renvoie à ce qu'ils vivent douloureusement comme un échec.

L'impossibilité d’enfanter est vécue comme une tragédie, voir pour certain une malédiction. Malheureusement, certains couples ne sont pas suffisamment armés pour surmonter une telle épreuve.

Accompagnement à la procréation

Accompagnement à la procréation

Quel est le rôle du spécialiste accompagnant ?

Vous accompagner c’est vous permettre de faire ce chemin en toute quiétude ; vous préparez et vous informez des difficultés et des joies qui jalonneront votre parcours.

Déceler les problèmes psychologiques sous-jacents pouvant apparaître, comme la peur inconsciente de la grossesse, la peur de revivre des conflits familiaux ou sociaux anciens.

Mettre un enfant au monde c’est prolonger son histoire, c’est aussi en faire une relecture.

Déceler les problématiques afin de ne pas les donner en héritage au furtur-né.

Le plus grand conseil est d'accepter d'en parler: libérer la parole, verbaliser ses angoisses.

-Vous accompagnez c’est parler de sexualité. Faire en sorte qu’elle ne tourne pas uniquement autour du cycle hormonal de madame. Vous permettre de retrouver plaisir au désir. Permettre plus de complicité, de jeux, de dialogues.
-Vous accompagner c’est aussi déceler les conflits existant ou sous-jacent au sein du couple. Ils risqueront de s'aggraver à l'occasion d’un examen ou de toute autre situation de stress rencontrée dans votre parcours.

-C’est aussi vous accompagner face à l’échec éventuel de vos démarches.

-C’est vous donner l’occasion d’avoir un interlocuteur neutre, un professionnel qui sera à l'écoute, auprès duquel vous pourrez exprimer toutes vos émotions être écouté et soutenu durant cette période psychologiquement éprouvante.
-Ce soutien peut vous permettre d’enrayer le cercle vicieux stress/perturbation d’ovulation. Il aidera votre couple à déculpabiliser, les messieurs sur leur virilité, les dames sur leur fécondité. Prendre de la distance par rapport à l'entourage et réussir à sourire quand vous entendez ce type de phrase « vous nous le faites quand ce bébé ? "

Fertilité et moxibustion

Fertilité et moxibustion

L’apport de la médecine chinoise

En médecine chinoise, la fertilité est un savant dosage d'énergie et de sang dans les méridiens du Rein, Chong Mai, Dai Mai et Ren Mai. Lorsque cet équilibre est rompu (stress important, alimentation, séquelle d'une longue fatigue ou convalescence), le problème d'infertilité peut apparaitre.

Le couple rentre alors dans un cercle vicieux où le désir d'avoir un enfant et la crainte de ne pas en avoir va accentuer ce déséquilibre. La future maman va souffrir alors d'un vide important de l'énergie des Reins et d'une stagnation d'énergie dans l'utérus.

Pourtant, il existe des solutions concrètes par le biais de la MTC et le toucher épicritique.

Réaliser un protocole Edonis complet tout d’abord pour équilibrer le système nerveux et endocrinien.

En acupression ou en moxibustion agir sur les points V32, V23, V20 et V18 sur le dos.

Sur le ventre agir en moxibustion sur le point RM4.

En fonction de votre état émotionnel, il peut être intéressant de faire des séances sur l’Estime de soi, pour accepter et aimer ce ventre qui portera votre futur enfant.

Favoriser une alimentation riche en oméga-3.

En diététique chinoise : favoriser les fruits de GoJi, azuki, bœuf, cannelle, crevette, fenouil, moule, mouton, noix, poireau, rognons de mouton

Alimentation et fertilité

Alimentation et fertilité

De votre côté :


Pensez à vous ressourcer.

Cette idée finit parfois par devenir un leitmotiv incessant et obsessionnel, qui tourne en boucle.

Aérez-vous, voyagez, lisez, pratiquez une activité physique, artistique, riez, sortez…

En parler ensemble, sans tabou, ni culpabilité, demeure une étape fondamentale de votre réussite.

Dialoguer avec d'autres couples qui connaissent ou ont connu ces difficultés.

Virginie Ollivier
Thérapie Psychocorporelle
06.85.39.70.83

Publié dans Thérapie individuelle

Commenter cet article