Alimentation joie et bien-être

Publié le par Virginie Ollivier

Alimentation joie et bien-être

Etant donnée l'intimité de relation qui existe entre les trois plans de la personne: physique, psychique et spirituel, chaque plan ne peut fonctionner isolément sans affecter les deux autres; en ce qui concerne l'alimentation, son influence sur le plan spirituel peut être ainsi cité: " Chaque fois que l'homme agit d'une manière quelconque sans discernement, en mangeant, en buvant, les énergies de son âme s'en trouvent brisées" Sainte HILDEGARDE.

Comment mettre en application nos valeurs de santé, de vitalité, de spiritualité et de joie de vivre, au quotidien? En ce début de vingt et unième siècle où notre vie semble de plus en plus morcelée, écartelée même dans une multitude de sollicitations qui font de nous des consommateurs, replaçons nous dans une perspective unifiée d'hommes et de femmes " debout entre ciel et terre", qui harmonise, les exigences terrestres et célestes de notre existence.

Ce nouvel onglet sur l'alimentation vient donc s'inscrire dans une démarche de développement personnel.

Végétarienne, je vous proposerai ici des recettes et des conseils alimentaires, sans apports de chairs, ou de graisses animales, cela irait à l'encontre de mon éthique.

Vous trouverez des conseils en nutrition, des cures détoxifiantes, des recettes de cuisine alléchantes.

Je tiens à remercier "Ma soeur Anne" (elle se reconnaîtra ;-)) et Sainte Hildegarde pour l'impulsion de ce partage.

Attention papilles en action!!

Hédonistement.

Virginie <3

Fruit du Dragon

Fruit du Dragon

Se centrer à travers le corps

Votre corps à sa propre sagesse, il porte dans ses cellules la sagesse des siècles passées.

Votre corps à faim et vous faites un régime parce que votre religion dit que ce jour là vous devez jeûner, or votre corps a faim. Vous n'avez pas confiance en votre organisme, vous avez confiance en de saintes écritures qui sont mortes, parce que dans un certain livre quelqu'un a écrit que ce jour là, vous devez jeûner, alors vous jeûner.

Écoutez votre corps. Oui, il y a des jours où le corps dit: 'Jeûnes !' Alors jeûnez, mais il n'y a aucun besoin d'écouter les saintes écritures. L'homme qui a écrit ces saintes écritures ne les a pas écrit avec vous en tête, pas du tout. Il ne pouvait pas vous imaginer, vous n'existiez pas pour lui, il n'écrivait pas pour vous. C'est comme si vous tombez malade et vous vous rendez au cabinet d'un docteur qui est mort, vous examinez ses prescriptions, en trouvez une et commencez à la suivre. Cette prescription a été faite pour quelqu'un d'autre, pour une autre maladie, dans une autre situation.

Rappelez-vous d'avoir confiance en votre propre organisme. Lorsque vous ressentez que le corps dit: 'ne manges pas', s'arrêtez-vous immédiatement. Lorsque le corps dit: 'manges', ne vous inquiétez pas alors de ce que disent les saintes écritures, de jeûner ou de ne pas jeûner. Si votre corps dit: 'manges trois fois par jour', c'est parfaitement bien, s'il dit: "manges une fois un jour", c'est parfaitement bien.

Commencez à apprendre comment écouter votre corps, parce qu'il est votre corps. Vous êtes dedans; vous devez le respecter et vous devez lui faire confiance.

C'est votre temple, il est sacrilège d'imposer des choses à votre corps. En aucun cas vous ne devriez lui imposer quoi que ce soit ! Et non seulement cela vous apprendra à faire confiance en votre corps, cela vous apprendra également à faire peu à peu confiance en l'existence car votre corps fait partie de l'existence. Alors votre confiance grandira et vous aurez confiance en les arbres, en les étoiles, en la lune, le soleil et les océans; vous aurez confiance en les gens. Mais le début de la confiance doit être la confiance en votre propre organisme. Ayez confiance en votre coeur.

Un sannyasin est quelqu'un qui a confiance en son propre organisme et cette confiance l'aide à se détendre dans son être, l'aide à se détendre dans la totalité de l'existence. Cela apporte une acceptation générale de soi-même et des autres.

La confiance donne une sorte d'enracinement, un sentiment d'être centré. Alors il y a une grande force et une puissance, parce que vous êtes centré dans votre propre corps, dans votre propre être, vous avez des racines dans le sol.

Autrement vous voyez les gens déracinés, ils sont comme des arbres qui ont été arrachés du sol, ils sont simplement en train de mourir, ils ne vivent pas. C'est pourquoi il n'y a pas beaucoup de joie dans la vie. Vous ne voyez pas la qualité du rire; le sens de la fête manque...

Dans votre corps même, dans votre être même, en ce moment même, le divin est là et vous ne l'avez pas célébré. Vous ne pouvez pas célébrer.

La célébration doit se produire d'abord dans votre propre maison, tout près. Elle devient ensuite un vaste raz-de-marée qui s'étend partout dans l'existence.

Osho, The Heart Sutra

Alimentation joie et bien-être

Publié dans nutrition

Commenter cet article