La Validation (partie 2)

Publié le par Virginie Ollivier

La Validation (partie 2)

La Résolution consiste à terminer le travail d'intégration des événements marquants de sa vie restés en suspens: étapes, épreuves, drames...

Naomi Feil décrit 4 étapes dans ce travail de Résolution: la "mal orientation", la confusion temporelle, les mouvements répétitifs et le stade végétatif.

Il ne s'agit pas d'enfermer les personnes dans des catégories, mais de distinguer les caractéristiques propres à chaque étape.

Identifier le stade auquel la personne âgée se trouve permet d'adapter plus rapidement notre façon de communiquer avec elle.

Dans la plupart des cas, les personnes âgées restent au même stade. Parfois il arrive aussi qu'elles passent de l'un à l'autre. Par Exemple: une femme âgée peut-être tout à fait lucide à 7h du matin, voir un homme sous son lit à 8h30 et demander pour rentrer chez elle voir sa mère à 16h.

Selon Naomi Feil, les personnes dont le travail est reconnu et "validé" n'atteignent pas le stade de la vie végétative. Et le plus souvent, elles s'éteignent en paix avec elles-mêmes.

La Validation (partie 2)

Stade 1: la "mal-orientation"

C'est à ce stade que surviennent le plus de malentendus. On pourrait croire qu'elles le font exprès, rien que pour nous ennuyer! En réalité, c'est le temps des premières pertes de mémoire, des premières confusions. Votre proche perçoit sa désorientation et ça l'inquiète. Il refuse de reconnaître ses pertes, mais il nie ses émotions et ses sentiments; cela peut même le rendre agressif.

Le grand âge et ses pertes le révoltent. Il préfère accuser et blâmer les autres. S'il perd ses cheveux, s'il ne trouve plus son portefeuille, s'il fait pipi au lit...c'est le shampoing qui a changé, c'est quelqu'un qui l'a volé, c'est le voisin qui a encore fait déborder sa baignoire...

Au stade 1, le vieillard projette sur les autres ses peurs les plus profonde pour maintenir son équilibre intérieur.

C'est sa façon de défendre sa dignité. La personne conserve ses capacités d'orientation dans le temps et l'espace et reconnait les personnes.

- Comment communiquer?

Inutile de raisonner, de s'énerver... Il vaut mieux poser les questions: qui, quoi, comment...? et reformuler. On n'essaie pas non plus de faire exprimer une émotions. car en général, à cette étape, la personne ne veut pas, elle niera même plutôt ses émotions.

Il est donc préférable de lui demander si cela: perte, vol, présence inopportune..., s'est déjà produit auparavant. Comment a-t-il fait les autres fois? Ainsi on fait appel à ses souvenirs et à ses ressources antérieures et on valorise ses capacités.

Le contact est surtout visuel et verbal. Il convient de veiller à le maintenir à une juste distance, ni trop loin, ni trop près.

Stade 2: la confusion temporelle

A ce stade, la mémoire des faits récents s'estompe, ainsi que la notion du temps, Le présent et le passé se confondent, ce qui favorise encore les pertes physiques et sensorielles: locomotrices, auditives, olfactives et visuelles.

Les conflits profonds du passé s'expriment sous des formes déguisées, en utilisant symboliquement des personnes du présent pour représenter celle du passé. Par exemple, une femme qui n'a jamais exprimé ses besoins sexuels peut prétendre qu'un homme se cache sous son lit. Une autre qui était jalouse de sa soeur peut affirmer que sa voisine lui vole ses sous-vêtements; la voisine représentant symboliquement sa soeur.

La personne au stade 2 peut ne plus se conformer aux codes vestimentaires et aux règles sociales. Elle crée ses propres règles de conduite, égare souvent ses affaires de toilette, peut devenir incontinente, exprime ses émotions et ses sentiments sans aucune censure. Elle s'exprime encore bien verbalement et utilise volontiers des métaphores, des associations de jeux de mots.

Ainsi Madame S., qui souffre de pertes de mémoire et ne retrouve plus ses repères, dit au médecin: "Vous voyez, Docteur, mon problème c'est le cerfs volant" (cerveau lent).

-Comment communiquer?

On a aussi recours aux questions, avec calme, en parlant clairement avec des mots basés sur les sens: je vois, je sens, j'entends... On utilise aussi la communication non verbale, en observant les émotions pour les refléter avec justesse.

Il est possible aussi de chanter une chanson familière. Il importe de regarder dans les yeux avec un regard clair et authentique. Les personnes arrivées à ce stade se sentent souvent réconfortées et en sécurité lorsqu'un proche leur manifeste de l'attention avec affection, par son regard. Même si sa vue est déficiente, votre proche perçoit ce regard qui plonge dans le sien.

Le toucher est également utile pour lui permettre de sentir une présence.

Stade 3: les mouvements répétitifs

A ce stade de la désorientation, la personne perd l'usage du langage: mot oublié, répétitions... Les mouvements et les sons remplacent les mots. Elle se replie de plus en plus sur elle-même. Elle se réfère à sa seule perception du temps et à son rythme intérieur. Elle manifeste ouvertement ses besoins de tous ordres, y compris sexuels (ils ne s'arrêtent pas avec l'âge).

- Comment communiquer?

La communication non verbale est ici essentielle. Il s'agit de se mettre au diapason de ses mouvements, pour les refléter avec empathie, en se servant du toucher, du contact visuel et de la mélodie. Il faut approcher la personne de face; l'aborder par derrière ou de côté risque de l'effrayer.

On peut aussi écouter de la musique avec des mélodies familières. Cela lui redonnera de l'énergie.

A propos du toucher

Toucher quelqu'un est un acte intime. Dès lors, il convient de tenir compte du fait que certaines personnes, même si leurs capacités sont réduites, n'ont pas envie d'être touchées. Il faut donc s'adapter à leur besoin d'être touchés ou non et ne pas se baser sur nos à priori.

Stade 4: l'état végétatif

La personne se referme complètement sur elle-même. Elle abandonne la lutte pour résoudre sa vie. Elle perd la perception de la réalité présente et n'exprime plus ses besoins qu'à travers des sons, des mouvements et des mimiques. Elle n'a plus de notion du temps et ne reconnait plus ni sa famille, ni ses amis, ni les soignants.

- Comment communiquer?

Essentiellement par des stimulations sensorielles: le toucher, la voix chaleureuse, le rythme lent, la musique...

La Validation (partie 2)

En résumé: les 10 principes de la Validation

1- Chaque personne est unique et doit être traitée en tant qu'individu.

2- Chaque personne est importante, qu'elle soit désorienté ou non.

3- Il y a toujours une raison qui motive le comportement des personnes désorientées.

4- Le comportement des personnes de très grand âge n'est pas seulement lié aux modifications anatomiques du cerveau, mais reflète l'ensemble des changements physiques, sociaux et psychologiques qu'elles ont connu au cours de leur vie.

5- On ne peut pas obliger une personne à modifier ses comportements. Ils ne peuvent changer que si l'intéressé est motivé pour le faire.

6- Les personnes très âgées doivent être acceptées sans jugement.

7- Des tâches sont associées à chaque étape de l'existence. Une tâche non accomplie peut engendrer des manifestations psychologiques.

8- Quand la mémoire des faits récents s'estompe, les personnes âgées essaient de retrouver leur équilibre en se retirant dans leurs souvenirs anciens. Si leur vue faiblit, ils utilisent les yeux de l'esprit pour voir; s'ils n'entendent plus correctement, ils écoutent les bruits de leur passé.

9- Les sentiments douloureux diminuent s'ils sont exprimés, reconnus et validés par une personne digne de confiance qui sait écouter.

10- L'empathie crée la confiance, réduit l'anxiété et restaure la dignité.

Commenter cet article