La Fibromyalgie, le corps en souffrance

Publié le par Virginie Ollivier

La Fibromyalgie, le corps en souffrance

La Fibromyalgie : douleurs, fatigue
et accompagnement Edonis

Auparavant considérée comme une maladie uniquement psycho-somatique, la fibromyalgie est reconnue depuis 1992 par l'OMS comme une maladie rhumatismale.
Il n’existe pas de test fiable à 100 % pour diagnostiquer la fibromyalgie car il existe une multitude de symptômes variables suivant les personnes atteinte.

Dans la plupart des cas, il s’agit d’un diagnostic par élimination.

Les critères de classification les plus couramment acceptés, élaborés en 1990 (“critères ACR 1990”) par le Collège américain de rhumatologie, définissent la fibromyalgie suivant la présence des points suivants :

- une douleur répandue sur tout le corps depuis plus de 3 mois et affectant l’ensemble des quatre quadrants du corps (les deux côtés, au-dessus et en dessous de la ceinture),

- au moins 11 points douloureux à la pression parmi 18 points définis (points de Yunus), bien que des douleurs puissent également exister à d’autres endroits du corps.

- En plus de la douleur, les symptomes les plus fréquents sont :

La fatigue (ou asthénie) présente dès le matin. Elle se caractérise par une fatigabilité anormale aux efforts répétitifs ou pendant une période d'immobilité physique. Un effort minime entraîne une fatigue anormale et intense. Le repos ne l’améliore pas beaucoup.

Les troubles du sommeil sont pratiquement constants au cours de la fibromyalgie. Le sommeil est léger, instable avec de fréquents réveils nocturnes. Le réveil est difficile et douloureux, avec la sensation d’un sommeil non réparateur.

L'Angoisse, l'anxiété, et le stress se rencontrent fréquemment dans toutes les maladies chroniques. La fibromyalgie ne fait pas exception. L’angoisse, l’anxiété et le stress contribuent ainsi à entretenir la perception des symptômes et à fragiliser ceux qui les ressentent, diminuant ainsi la capacité à faire front.

La Fibromyalgie, le corps en souffrance

- Origines émotionnelles possibles de la FIBROMYALGIE

Les personnes qui souffrent de fibromyalgie se sentent souvent "de trop", la maladie est là pour signaler un dysfonctionnement. Elles aimeraient qu'on s'occupe enfin d'elles, qu'on remarque leur existence (ceci inconsciemment, bien sûr.)

Ces personnes peuvent vivre une vie qui ne leur correspond pas, qu'elles n'ont pas vraiment choisie, elles la vivent pour suivre des principes, valider des conditionnements, ou faire ce qu'on attend d'elles, cette vie ne correspond pas à leurs vrais désirs.

Ce n'est pas la vie qu'elles aimeraient vivre.

Alors elles ne veulent plus avancer et se coupent de leurs émotions.

Cela s'apparente à de la violence retournée contre soi, de la trop grande sévérité envers soi-même. Ce peut être; se sentir pris en étau entre ses parents, ou vivre de la colère refoulée depuis trop longtemps.

Il semblerait que les sources de la fibromyalgie remontent très souvent à l'enfance, à la suite d'un événement ou d'un contexte qui a généré de la culpabilité.

Ces hypothèses soulèvent une question, une possibilité éventuelle qu'il y ai quelque chose de non réglé derrière ces blessures.

On peut souvent déceler un foyer de culpabilité. Comme beaucoup d'entre nous, elles ne se donnent pas le droit d'exister et même parfois, elles regrettent d'être nées car elles pensent que leur naissance ne rend pas leurs parents heureux, ou qu'ils seraient bien mieux sans elles.

La FIBROMYALGIE est la conséquence d'une grande douleur intérieure, de l'anxiété, de la recherche du perfectionnisme. On ressent bien ici la pression que l'on peut se mettre soi-même afin de s'affirmer, de se faire faire reconnaître et d'accepter l'inconditionnalité de l'amour.

Comment inverser la tendance ?

Se permettre d'être qui l'on est, avec ses imperfections, ses faiblesses, ses aptitudes et ses qualités. La perfection est illusoire.

Dans un accompagnement thérapeutique, puiser dans son histoire afin de trouver les causes des blocages, mais également faire jaillir le potentiel en dormance.

Prendre soin de soi, se traiter avec bienveillance.

S'épanouir, donner un sens à sa vie.

La Fibromyalgie, le corps en souffrance

Par le biais de l'accompagnement Edonis, j'interviendrais tout d'abord par un protocole de soin complet, le toucher épicritique agira sur le système nerveux et permettra de réduire douleur et anxiété.
Le simple fait d'accompagner le patient par une présence juste et respectueuse constitue une fenêtre de lacher-prise, dans cette période où la maladie ne fait que ressentir un "corps en souffrance"

En médecine chinoise, la fibromyalgie est considérée comme un déséquilibre des énergies du Foie, Rate et Rein.

La moxibustion sur certains points sera d'un grand secours.

- E36, R3 et RM4 pour renforcer le QI vital et diminuer la sensation de fatigue

- F3, Rate 10 et RM12 pour "nourrir" le Sang. On dit en Médecine Chinoise que "nourrir le Sang empêche de laisser la place au Vent".

Le Vent caractérisant toutes les douleurs diffuses dans le corps, mobiles et capricieuses.

Rate4 et MC6 libèreront la poitrine et la sernsation d'angoisse et d'oppression.

Attention : une séance Edonis ne se substibue pas au traitement médical.

Consultez préalablement un médecin

Virginie Ollivier
Thérapie psychocorporelle
0685397083

Commenter cet article